BangBang : bangbangblog.com

Oncle Lester

E.T. téléphone maison: Le FICG

Claudia Boutin
16 septembre 2010

Compote, gelée, tartes et bonne croquée : c’est le temps des pommes. Que fait-on dans ce temps-là ? On va cuisiner ce délicieux fruit dans un lieu vaste et propre, bien éclairé et où, curieusement, il n’y a jamais d’odeur de vieille poubelle ou de graines de toasts qui se font sentir. Un tel endroit existe, et pas seulement dans les films de Nancy Myers: c’est le manoir (!) familial, pas trop loin des Galeries de Granby.

Je ne croyais jamais dire cela avec un trémolo dans la voix, mais je retourne dans mon patelin pour aller voir des shows au Festival International de la Chanson. Voici donc un parcours malléable, qui sera mis à l’épreuve entre deux bouchées du fruit défendu.

Les Hellbilly’s vendredi, 19h30 (scène Desjardins): What you read is what you get, comme qui dirait. On promet une folie collective et un ahurissement général de ce groupe des Cantons-de-l’Est au son définitivement appalachien.

J’habite à Montréal et, croyez-le ou non, je n’ai jamais pu voir Bernard Adamus sur scène. Le monde est petit, car l’empereur de la rue Ontario jouera vendredi sous le chapiteau de la scène Loto-Québec…sur la rue Principale. Oui, comme dans la chanson des Colocs. Damien Robitaille s’y produira d’ailleurs, une heure plus tard.

Une seconde option est également possible aux environs de 20h30, alors que Gaële et Geneviève Toupin, auteure-compositeure-interprète manitobaine, seront en prestation à la Rôtisserie St-Hubert au nord de la ville. À quelques minutes à pied du centre-ville (et du manoir familial): aiguisez vos jambes, tout est possible.

Sinon, deux pubs locaux présentent une programmation intéressante. La microbrasserie Le Grimoire, producteur de la fameuse bière Vitale, accueillera Shampouing et ses riffs le vendredi dès 22h30; le samedi, après une présentation early bird, Michèle O. viendra réchauffer les festivaliers, même lieu, même heure. Un peu plus haut, au coin Principale-Johnson, le Jam du Festival (mystérieux, mystérieux) aura lieu au Pub du Village vendredi et samedi, dès minuit. C’est gratuit.

Faute de tout aborder ici, la programmation complète est disponible sur le site internet de l’événement. Par contre, ce que vous ne trouverez pas en version web, ce sont ces sages conseils d’une locale (ouh la la…on peut sortir la fille de Granby, mais…):

1. La meilleure poutine se trouve à deux endroits : pour la vraie de vraie, c’est Chez Ben, on se bourre la bédaine que vous la trouverez; les oiseaux de nuits seront heureux d’apprendre que, malgré la fermeture du Santa Patata il y a quelques années, le Rétro est toujours en affaires. Elle fait l’affaire pour éponger les dures soirées.

2. En panne de musique de la scène émergente, énigmatique et acidulée que nous avons ? Un p’tit tour chez Fréquences, LE disquaire local (littéralement) par excellence et récipiendaire du prix Magasin de disque de l’année 2006 (L’ADISQ), saura étancher votre soif vinylesque.

3. Évitez de passer par le boulevard David-Bouchard la fin de semaine. Il y a un nombre faramineux de magasins d’outils et de boîtes à fleurs dans le coin. On rénove beaucoup dans le bout.

C’est pas tout, mais il y a de la pâte à rouler, des pommes à éplucher et des tympans à remplir !

Un commentaire
  • André Péloquin
    16 septembre 2010

    Good job, Boutin!

Oncle Lester

Claudia Boutin

À la fois nulle part et partout: un blogue loin des montres et des calendriers.

À propos

RUBRIQUES