BangBang : bangbangblog.com

Oncle Lester

Fondre pour Ty Segall

Claudia Boutin
11 mars 2011

À la fois nulle part et partout: un blogue loin des montres et des calendriers

En effet.

Je n’aurais pas pu choisir meilleure maxime pour annoncer ce modeste blogue. Surtout quand, par un après-midi en janvier dernier, je me suis vue confrontée à une pochette assez horrifiante: un croisement entre Texas Chainsaw Massacre et une toile de Rothko. Paru six mois plus tôt (le 15 juin 2010, jour de mon anniversaire !), l’album Melted de Ty Segall est assez rentre-dedans. Pour ceux qui trouvent que le lo-fi tourne en rond après quelques chansons, celui que plusieurs inscrivent dans la lignée du défunt Jay Reatard a de quoi vous convertir: un juste partage entre du punk rock garage, des sonorités bien sixties et des élans grunge, une voix qui se veut criarde (My Sunshine), seulement pour adopter quelques pistes plus loin  le ton mélodieux d’une ballade (Bees)…bref, du rock kick-you-in-the-crutch bien foutu, le meilleur trente minutes qu’il m’ait été donné de passer depuis un bout. Comme pour le projet White Fence de Tim Presley, plus psychédélique que Segall, San Francisco a de quoi être fière de sa progéniture.

Curieux, curieuse ? Affamé(e), en appétit ? La salive pendouille  ?

Ça tombe bien, le prolifique musicien est de passage à Montréal ce soir, quelques mois après son concert à la Casa Del Popolo, en août dernier.  C’est au Club Lambi que ça se passe, avec Heavy Cream et les non moins déjantés Uncle Bad Touch. Ça risque de nourrir les coeurs de rockeur jusqu’à la parution du prochain album de Segall, prévu pour juin 2011.

Put a hole in my head, comme dirait l’autre…

Pas encore de commentaire.

Oncle Lester

Claudia Boutin

À la fois nulle part et partout: un blogue loin des montres et des calendriers.

À propos

RUBRIQUES