BangBang : bangbangblog.com

Oncle Lester

Fantasia 2011: Petty Romance en supplémentaire

Claudia Boutin
22 juillet 2011

Ruez-vous, amateurs de comédies romantiques: le premier film de Kim Jeong-hoon est à ne pas manquer ! Jeong-bae, un dessinateur de bandes dessinées, participe à un concours présenté par une maison d’édition, où le gagnant se voit remettre une coquette somme d’argent, et où la diffusion de son oeuvre dans quatre pays lui est garantie. En suivant le conseil d’un ami, le jeune homme engage pour l’aider à la scénarisation une journaliste, Da-rim, ayant récemment perdue sa colonne de sexologie. Ensemble, ils se lancent dans l’aventure qu’est la bande dessinée pour adultes. Pour le meilleur et pour le pire.

Oui, oui, vous avez bien lu: je n’ai pas dit «ruez-vous, amatrices…». Petty Romance n’est pas un chick flick; il ne présente pas des demoiselle vivant leur trip de Sex and the City à coups de dirty martinis et de virées de shopping indécentes. Le festival Fantasia, en collaboration avec Cinéasie et leur Spotlight sur le cinéma coréen, vous présente un film attachant, rempli d’humour et qui ose aller là où nos voisins du sud sont parfois frileux côté comédie romantique. Voici quelques raisons de libérer votre agenda le 6 août prochain.

1. Il y a du sexe tout au long du film. Les personnages en parlent, en rient, et angoissent à propos de leur performances. Lorsque fornicage il y a, la majorité des scènes sont en animation, et leur esthétique correspond aux fantasmes des protagonistes. Femmes de vénus, hommes de mars ? Peut-être…

2. Plusieurs scènes sont tout à fait hilarantes…et embarrassantes. Vous vous souvenez de la scène dans Dumb and Dumber où Harry (Jeff Daniels) se rend au chalet de Mary (Lauren Holly) lors d’un rendez-vous galant , et qu’une petite envie le prend par surprise ? Ha-ha !

3. Il y a un moment digne de When Harry Met Sally. Pas identique à, mais digne d’un tel titre.

4. Ici, pas de duo insipide à la Hugh Grant-Julia Roberts, ou à la Hugh Grant-Drew Barrymore. Les deux comédiens principaux ont une chimie palpable et sont entourés d’acteurs tout aussi compétents du côté des rôles de soutien (quelle appellation horrible !).

5. Petty Romance aiguisera votre curiosité quant au grand succès qu’obtient la comédie romantique en Corée du Sud ces dernières années (My Sassy Girl de Jae-young Kwak, indispensable), mais le film pourrait également vous donner le goût de revisiter le répertoire américain classique. Je pense notamment aux nombreux films mettant en vedette Katharine Hepburn et Spencer Tracy (Adam’s Rib de George Cukor, 1949) ou au duo que la grande dame forme avec Humphrey Bogart dans The African Queen (John Huston, 1951). Tous mettent en scène la dure collaboration d’un homme et d’une femme, une obligation pour leur survie professionnelle ou physique. Mon grand favori ? Bringing Up Baby de Howard Hawks, où un paléontologue maladroit sur le point de se marier (Cary Grant) fait la rencontre d’une excentrique héritière (délicieuse Katharine Hepburn) et de son léopard. Un véritable monument de la screwball comedy, toujours aussi efficace près de soixante-treize ans après sa sortie, en 1938.

Le temps est venu pour les frileux et frileuses de se tremper l’orteil dans la mare, comme quelqu’un, quelque part, doit sûrement dire. Bon cinéma !

Pour les curieux !

Pas encore de commentaire.

Oncle Lester

Claudia Boutin

À la fois nulle part et partout: un blogue loin des montres et des calendriers.

À propos

RUBRIQUES